FRACTURES DE LA COLONNE VERTÉBRALE

Fractures vertébrales traumatiques et dues à l'ostéoporose

En savoir plus >>

Blessures traumatiques

Dans les transports, au sport, à la maison, au travail

Fracture vertébrale

Une fracture survient lorsqu’une force est exercée de l’extérieur sur la colonne vertébrale.

Ainsi les chutes, comme au travail, à la maison et au sport, sont les causes les plus fréquentes de fractures vertébrales, lesquelles peuvent toutefois être liées à une ostéoporose ou à une tumeur.

On distingue généralement les fractures vertébrales stables et instables.

Types de fracture

  • Fractures stables

    En cas de fractures stables, les tissus mous et ligaments ne sont pas atteints et le canal rachidien n’est pas resserré. Fort heureusement, environ 85 % des fractures de la colonne vertébrale sont des fractures stables. Cependant, un traitement conservateur ne suffit pas toujours, les fractures vertébrales doivent souvent être opérées en vue d’une stabilisation.

  • Fractures instables

    En cas de fractures instables, les disques, ligaments et articulations sont touchés. Des fragments peuvent être déplacés contre le canal, l’arc vertébral ou les articulations le disque ou des fragments peuvent dépasser dans le canal et blesser la moelle épinière dans le pire des cas.

Symptômes

  • Douleur aiguë, souvent locale
  • Forte limitation de la mobilité
  • Position de ménagement adoptée automatiquement
  • Si les nerfs ou la moelle sont touchés, des effets secondaires neurologiques comme des paralysies, des douleurs plus ardentes ou des troubles sensoriels apparaissent.

Diagnostic

  • Examen clinique : on constate souvent une limitation totale de la mobilité de la colonne vertébrale à cause du traumatisme.
  • Examen neurologique : les symptômes d’une lésion nerveuse réclament une intervention immédiate.
  • Procédés d’imagerie comme la radiographie, la tomodensitométrie et  l’magerie par résonance magnétique

Thérapie

Les fractures du corps vertébral comportant des défaillances neurologiques doivent être immédiatement stabilisées via une opération. On procède alors à une décompression des moelle et structures nerveuses resserrées.

Pour les fractures du corps vertébral sans défaillances neurologiques, on décide si on doit effectuer une opération ou un traitement de conservation en fonction du degré d’instabilité.

On consulte alors les recommandations internationales en vigueur en vue du traitement adapté.

Rupture longitudinale LWK1 avec apophyse épineuse BWK12.

Interventions chirurgicales

Conventionnelles, micro-chirurgie, mini-invasives

Spondylodèse

Deux vertèbres ou plus sont renforcés grâce à un fixateur interne, avec un accès dorsal ou ventral à la colonne vertébrale ; souvent, il faut remplacer un disque. On peut avoir recours à des techniques conventionnelles et mini-invasives.

Vertébroplastie

Parfois, un renforcement du corps vertébral à l’aide d’un ciment permet de produire une stabilité suffisante. Cela est possible grâce à une technique mini-invasive percutanée. Cette intervention est rapide, peu invasive, et le séjour à l’hôpital est très court.

Kyphoplastie

Dans certains cas,  un redressement du corps vertébral fracturé s’avère nécessaire pour garantir l’équilibre latéral de la colonne vertébrale. La facture est alors repositionnée et cimentée grâce à des implants introduits dans le corps vertébral.